La Pomme a été contrainte d’accepter certaines plateformes de paiement tiers sur ses appareils aux Pays-Bas.

Il y a quelques semaines suite à une décision de justice néerlandaise, Apple était contraint d’accepter les systèmes de paiement tiers sur certaines applications de dating disponibles sur son App Store. Un coup dur pour la Pomme, qui depuis des années martèle que son règlement strict n’est là que pour améliorer la sécurité et l’expérience de ses utilisateurs. Pour autant, le reproche principalement adressé à l’entreprise concernant la rigidité de son App Store résidait jusqu’alors dans la commission obligatoire de 30% prélevée à chaque transaction in-app. Un lourd manque à gagner pour les développeurs, qui sont de plus en plus nombreux à saisir les autorités antitrust.

Apple perd son procès, mais pas vraiment la guerre

Après avoir perdu son procès contre plusieurs applications de rencontres néerlandaises, Apple a finalement dû se plier aux exigences européennes, en autorisant les systèmes de paiement tiers sur les logiciels de dating. Oui, mais voilà, la Pomme n’est pas encore prête à laisser tomber sa taxe. Si les développeurs pourront bien opter pour des plateformes alternatives pour leurs achats in-app, l’entreprise américaine continue de jouer avec les nerfs des régulateurs, en abaissant sa commission de 30%… à 27%. 

Après une première interpellation en août dernier, l’autorité de surveillance des consommateurs et des marchés (ACM) avait sommé Apple de mettre à jour sa politique d’utilisation de l’App Store pour autoriser les solutions de paiement alternatives. C’est désormais chose faite. L’entreprise a annoncé avoir pris la décision de baisser sa commission, seulement pour les applications de dating. Les développeurs de ce type de logiciel pourront désormais choisir de passer par un système propriétaire, ou d’inclure directement un lien intégré menant vers une page web de paiement. Ils ne pourront, en revanche pas s’affranchir de la taxe de la Pomme.

Pour bénéficier du système de paiement alternatif, les développeurs devront ainsi soumettre une demande à Apple, et accepter de signaler leurs ventes externes à Apple afin de s’acquitter de la taxe réclamée. Pas sûre que cette solution convienne aux régulateurs européens.

Read More

0 CommentsClose Comments

Leave a comment

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)