Vicarious Visions, en charge du développement de Diablo II: Resurrected, s’est exprimé sur l’affaire judiciaire qui touche Blizzard Entertainment. Ce dernier, créateur du jeu original, est visé par de lourdes accusations d’harcèlement sexuel. Ce n’est pas le cas, néanmoins, du studio Vicarious Visions.

Diablo II : Resurrected est le premier jeu estampillé Blizzard Entertainment à être commercialisé depuis la révélation du scandale. Et face aux lourdes accusations qui pèsent sur l’entreprise, visée par une action en justice, certains fans devraient boycotter la remasterisation du RPG d’action culte.

L’effet d’une action de ce type ne sera cependant peut-être pas celui visé. En effet, si le Diablo II original a bel et bien été conçu par Blizzard, la remise au goût du jour a été confiée à Vicarious Visions — une antenne du groupe Activision Blizzard à qui on doit déjà la flamboyante trilogie Crash Bandicoot N. Sane Trilogy. Par conséquent, boycotter Diablo II : Resurrected aurait davantage d’impact pour Vicarious Visions, alors que ce dernier n’est pas du tout visé par la plainte déposée en Californie. Il y a dès lors une confusion : oui le nom Blizzard reste lié à Diablo II, mais non, ce n’est pas lui qui s’occupe de la remasterisation.

Diablo II : Resurrected // Source : Blizzard Entertainment

Des répercussions sur Vicarious Visions

Vicarious Visions se retrouve donc indirectement mêlé à l’affaire Blizzard Entertainment, alors qu’il s’est juste occupé de remettre au goût du jour l’une de ses vieilles productions. Quand Diablo II : Resurrected a été officialisé en février dernier, l’annonce a été plutôt bien accueillie. Mais, depuis, Blizzard Entertainment est dans la tourmente en raison d’un climat de harcèlement et de discrimination. « C’était très troublant d’entendre toutes ces choses  », confie Rob Gallerani, directeur du design, dans des propos rapportés par Axios le 17 septembre.

L’affaire Blizzard a, bien sûr, eu des répercussions sur Vicarious Visions. Le contenu de Diablo II a été contrôlé afin de vérifier que des éléments problématiques ne s’y trouvaient pas. Certains titres de Blizzard ont, en effet, dû être modifiés ou le seront bientôt : le nom d’un personnage d’Overwatch va être changé, et certaines quêtes de World of Warcraft n’ont, d’ores et déjà, plus le même intitulé. Selon Rob Gallerani, aucune référence critiquable n’a été trouvée dans Diablo II — dont le code a été repris à 100 % pour Diablo II : Resurrected. 

Vicarious Visions a toutefois modifié le design de certains personnages. Un exemple concret est donné : l’Amazone n’a plus du tout le même look dans Diablo II Resurrected. Moins sexualisée, elle ressemble désormais davantage à une guerrière qui combat des démons.

Au sujet de l’éventuel boycott, Vicarious Visons indique ne pas tenir rigueur à celles et ceux qui n’achèteront pas Diablo II : Resurrected en signe de protestation. Rob Gallerani estime que les gens doivent « faire ce qu’ils estiment juste ».

La suite en vidéo

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)