Les emojis, signaux ou symboles numériques sont désormais des constituants indéniables de la communication. Il nous parait évident de reconnaitre la signification de ces caractères ou images. Pourtant, les algorithmes ont encore du mal à maîtriser la sémantique. Concrètement, ils ne sont pas tout à fait aptes de associer une signification à un mot ou un objet.

C’est la raison pour laquelle « Iconary » a été conçu. Ce jeu a été mis au point par les chercheurs de l’Allen Institute for AI. Il sert à fournir des compétences aux IA, les entraîner à maitriser la communication visuelle et apprendre la sémantique complexe.

Une version améliorée et plus difficile d’Iconary a été récemment présentée. Les algorithmes d’apprentissage automatique y apprennent alors à interpréter et retenir en jouant entre eux ou avec des humains.

Iconary améliore les capacités des IA

Iconary a été inventé par les chercheurs pour améliorer les compétences des agents d’IA à mieux coopérer avec les êtres humains. Il apprend aux IA à comprendre la signification de certains éléments non explicites, dont des dessins et des signes. Des méthodes modernes d’apprentissage automatique sont utilisées dans la version plus améliorée du jeu.

Un peu comme le jeu Pictionary, il consiste à deviner la signification ou l’idée derrière un dessin. Il y a alors deux joueurs : le dessinateur et le devineur. Tout d’abord, une courte phrase est donnée. Ensuite, le dessinateur représente la phrase avec des dessins. Enfin, le devineur essaie de deviner la phrase initiale en se référant aux dessins. Bien sûr, celui qui devine gagne la manche.

La nouvelle version est plus difficile parce que certaines idées ne sont pas forcément exprimées par un seul symbole. Des fois, il faut combiner deux icônes pour désigner un seul objet. Il s’agit d’une faculté encore difficilement accessible à l’IA.

Les agents d’IA ne dépassent pas encore les joueurs humains

Récemment, des algorithmes d’IA ont été entraînés sur plus de 55 000 parties du jeu Iconary. Leurs performances ont ensuite été testées. D’après les résultats, les IA sont plutôt bonnes pour comprendre les dessins réalisés par les humains. Toutefois, ils sont moins compétents à transmettre les idées par des dessins. Les joueurs humains surpassent les IA pour transmettre les concepts.

« Cela montre que les IA peuvent appliquer la connaissance du monde à la tâche de dessin et comprendre le dessin à un niveau plus profond que la simple mémorisation des stratégies de dessin utilisées par les humains dans les données d’entraînement. J’ai trouvé les résultats du dessin plus intéressants parce que je pense que le dessin requiert plus de créativité et est une tâche plus nouvelle que la devinette. »

Christopher Clark, un des chercheurs

SOURCE : TECHXPLORE

Nick Olaizola

L’écriture constitue l’une des activités qui me permettent de canaliser ma passion, outre la philosophie, le sport et le jeu d’échecs. Dans tout ce que je fais, j’essaie d’atteindre la perfection, tout en sachant que personne ne pourra la rattraper. « Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L’excellence, donc, n’est pas un acte. C’est une habitude. » – Aristote

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)