Dans cet article, nous allons vous parler de la blockchain, qui est juste présentée comme la plus grosse révolution depuis Internet, rien que ça. Pourquoi ? Parce que tout comme Internet, la blockchain va créer de nombreuses nouvelles opportunités en faisant tomber les barrières à l’entrée de nombreux secteurs d’activités aujourd’hui accaparés par les gros acteurs.

En effet, la blockchain est à la transaction ce qu’Internet a été pour l’information. Dans le cas de la blockchain, ce sont les utilisateurs qui jouent le rôle d’intermédiaire de confiance dans les transactions. Ce sont les intermédiaires traditionnels qui vont voir leur position être remise en question. On peut citer les banques, les notaires, mais aussi les plates-formes numériques comme Uber ou Airbnb. Tout cela est possible grâce à la blockchain. Nous allons ensemble détailler tous les concepts les plus importants à retenir et tous les enjeux autour de la blockchain. 

Pourquoi la blockchain est une technologie révolutionnaire ?

Ce qui est aujourd’hui une transaction financière entre deux personnes nécessite l’intervention d’un tiers de confiance, comme une banque. Afin d’assurer cette transaction, la banque va vérifier l’identité des deux acteurs, vérifier que l’argent est disponible et enfin effectuer cette transaction.

Dans ce cas, on peut dire que la banque stocke ces informations nécessaires aux transactions dans un grand livre de comptes. Dans le cas de la blockchain, il est possible de s’affranchir de cet intermédiaire de confiance. 

Comment ça fonctionne ? Dans ce même exemple mais avec la blockchain, le livre des comptes est désormais public. C’est-à-dire qu’il n’est plus détenu que par un seul acteur (ex : la banque) mais est distribué à tous. Chaque personne possède alors une copie de ce livre de compte et il peut consulter l’ensemble des échanges présents et passés. Toutes les personnes qui possèdent ce livre de compte constituent le réseau de la blockchain.

Reprenons le même exemple en appliquant les principes d’une transaction avec la blockchain. Emma lance l’ordre de virement. Les différentes personnes du réseau vont alors vérifier dans leur livre de compte que Emma possède l’argent.

Si oui, alors la transaction est validée et chaque personne va alors écrire cette transaction dans une nouvelle page de son livre de compte, ce qui met à jour tous les livres de compte de la blockchain. 

Vous l’avez compris, avec la blockchain ce n’est plus un seul acteur central qui valide ou non une transaction mais c’est l’ensemble des membres du réseau. 

Tricher avec la blockchain ?

Maintenant imaginons que vous essayez de tricher par exemple en prétendant posséder davantage d’argent. Vous essayez donc de falsifier votre livre de compte, cela va se remarquer car tous les autres verront que ce n’est pas ce qui est inscrit dans leur copie du registre. Ils contestent donc l’information.

Et si on y réfléchit bien, dans ce système nous n’avons même plus besoin de monnaie physique : dès que vous faites une transaction financière, il suffit de l’annoncer et ensuite les livres de comptes font foi sur ce que chacun possède et sur l’historique des transactions.

Ces livres sont stockés dans des machines avec une forte puissance de calcul comme des ordinateurs ou des serveurs. Techniquement, la blockchain peut donc être vue comme une base de données distribuée sur différents nœuds de stockage. Ces nœuds de stockage ce sont les utilisateurs qui vont apporter avec leur machine, de la puissance de calcul et de l’espace de stockage pour faire fonctionner la blockchain.

Chaque échange effectué entre ses utilisateurs est enregistré sous forme de bloc qui bout-à-bout forment donc une chaîne d’où la notion de blockchain. Chaque bloc de la blockchain contient un ensemble de transactions.

Ensuite, chaque bloc est caractérisé par un « hash » : c’est une suite de caractères unique servant à identifier le bloc. En d’autres termes c’est l’empreinte du bloc. De la même manière, le bloc contient également le hash du bloc précédent qui est donc l’identifiant unique du bloc qui le précède. Cela permet de garantir l’ordre dans la blockchain. 

Ce hash et les fonctions de hashage permettent de conserver la confidentialité des informations et de les vérifier.

La sécurité de la blockchain

Enfin, le dernier point important de la blockchain : c’est la cryptographie. Il s’agit de la signature électronique de chacun. Le principe est que chaque demande de transaction dans la blockchain doit être signée par l’émetteur pour être validée. 

Ainsi, si Jean essaye faire croire que Emma dit qu’elle donne 1000 Bitcoin à Jean, les autres acteurs du réseau n’ont pas la preuve que c’est bien Emma qui a envoyé le message car il n’y a pas eu la signature d’Emma. 

Car pour envoyer un message il faut le signer et pour signer un message il faut générer une paire de clés chiffrées uniques. Une est privée et ne doit être communiquée à personne, elle permet de crypter le message. L’autre est publique et est envoyée à chaque membre du réseau. Chaque membre possède donc la clé publique de tous les autres membres, utiliser la clé publique associée à l’expéditeur du message permet de décrypter et donc de vérifier si son identité est correcte.

En d’autres termes, cela permet de vérifier si le demandeur de la transaction est aussi celui qui est l’expéditeur de la transaction, en toute logique. 

Grâce à la fonction de hashage liée aux clés, l’anonymat des utilisateurs est préservé et les transactions sécurisées.

Avec tout cela, la blockchain possède même le potentiel de Uberiser Uber car les utilisateurs peuvent effectuer des transactions de pair à pair c’est-à-dire directement entre eux sans intermédiaire (ici Uber).

En utilisant la blockchain on peut donc se passer des plates-formes intermédiaires comme Uber, Airbnb ou BlaBlaCar, mais également banques, notaires et bien d’autres.

  • Poursuivez avec : *Le Bitcoin a doublé en 3 semaines et dépassé les 40.000$*
1 CommentClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)