Le marché des biens virtuels continue de faire tourner des têtes. Le dernier exemple en date concerne une parcelle géante de terrain entièrement virtuel. Cette dernière a été rachetée, le mardi dernier contre une somme de 2,4 millions de dollars. Et oui, une somme tout simplement faramineuse pour un bien qui n’existe que dans le monde virtuel. L’heureux nouveau propriétaire de ce bien est une société d’investissement canadienne du nom de Tokens.com. L’annonce a été faite par la société elle-même qui est visiblement plus que contente de son acquisition.

Crédit – Décentraland

Decentraland, l’agence immobilière du monde virtuel

Qui dit acheteur, fait forcément appel à un vendeur. Dans cette transaction, c’est la société dénommée Decentraland, qui a vendu la bande de terre « virtuelle » à Tokens.com. Ladite société se présente elle-même comme étant « le tout premier monde virtuel appartenant à ses utilisateurs ».

Cette expression désormais consacrée permet à Decentraland de se démarquer des mondes virtuels classiques comme Second Life. Même si en apparence, il n’y a pas beaucoup de différences, les fonctionnements sont toutefois différents. De l’avis de la même société, le monde virtuel dont elle fait la promotion n’appartient à aucune organisation ou société centralisée. Ceci même s’il est possible pour certaines structures d’en vendre des morceaux.

Dans la transaction, tokens.com a eu à débourser 618 000 MANAS, le fameux jeton découlant de l’Etherium. Ce qui lui a permis d’être désormais propriétaire de 116 parcelles de terrain dans le monde virtuel de Decentraland.

Cette somme n’est pas pour autant virtuelle puisqu’elle a une valeur dans le monde réel. Les 618 000 MANAS équivalent à 2 428 740 dollars dans notre monde. Ce qui selon un communiqué de Tokens représente la plus importante transaction de ce type jamais enregistrée à ce jour.

Certains observateurs se sont livrés à une petite comparaison pour déterminer à quel point la transaction peut sembler insensée. Les 116 parcelles de terrain virtuel correspondent à peu près à 566 mètres carrés. Une surface qui dépasse de près de 140 mètres carrés, l’aire d’un terrain de basket.

Dans une ville comme Paris, le prix du mètre carré varie entre 200 et 2000 euros. Si Token.com avait décidé d’investir dans l’immobilier parisien, il aurait déboursé entre 113 200 et 1 132 000 euros pour disposer de la même superficie. Et celle-ci contrairement à celle achetée à près de 2,4 millions serait bien réelle.

Une parcelle virtuelle pour un centre commercial virtuel

En comparant les 2,4 millions avec la somme que Token.com aurait sortie dans une ville aussi chère que Paris, on pourrait se poser des questions. Toutefois, selon la société canadienne, il s’agit d’une parcelle qui est incomparable avec d’autres.

Dans un communiqué, Token a déclaré que ladite parcelle se trouvait dans un quartier de la rue de la mode à Decentraland. Elle n’a pas été acquise par hasard. Son acquisition devrait permettre de faciliter les défilés de mode et le commerce au sein de l’industrie de la mode numérique qui est en plein essor.

Pour mieux comprendre la logique de Token, il faut s’en référer à la crise liée à la COVID-19. Cette dernière a permis au commerce électronique de connaitre une progression phénoménale. Alors que dans le même temps les ventes des centres commerciaux réels et des points de vente au détail se sont effondrées. L’idée est donc de créer des centres commerciaux numériques pour permettre à ce modèle de vente de rattraper son retard.

Cette acquisition suit simplement la tendance. En effet, de grandes marques de cosmétiques se sont lancées récemment dans la vente des NFTs. Pour le moment, on compte Gucci, Burberry et Louis Vutton comme marques ayant mis en vente des produits non fongibles. Si tout va bien, tout cela devrait très prochainement se retrouver dans le futur centre commercial numérique de Token.

Source : Gizmodo

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)