Il n’y pas que dans notre système solaire que l’on recherche des traces de vie. Selon une étude publiée dans la revue Science, une exoplanète rocheuse pourrait disposer d’une atmosphère et donc abriter la vie.

Crédits : Andy Holmes on Unsplash

La NASA recherche des traces de vie anciennes sur Mars avec son Rover Perseverance. Mais au-delà de notre système solaire, d’autres planètes pourraient aussi en abriter. Une étude, parue dans la revue Science, révèle la découverte d’une nouvelle exoplanète, qui pourrait disposer d’une atmosphère et donc des traces de vie. Baptisée Gliese 486b, elle est environ 30 % plus grosse que notre planète et 2,8 fois plus lourde. Elle se situe dans ce qui est appelé la zone habitable autour d’une étoile, soit seulement 26 années-lumière. Contrairement aux autres planètes potentiellement dotées d’une atmosphère, découvertes ces 25 dernières années, Gliese 486b n’est pas une « grande planète gazeuse ou glacée » mais bien de « nature rocheuse comme la Terre » rapporte José A.Cabeller à l’AFP dans un article du Point. L’astronome au Centro de Astrobiologia en Espagne et coauteur de l’étude, affirme qu’elle pourrait avoir une atmosphère semblable à la nôtre et donc abriter la vie. Pour l’identifier, les chercheurs ont observé les changements de la lumière émise par l’étoile lorsque la planète passe devant elle, ainsi que la vitesse radiale. Il s’agit de la vitesse d’un objet mesurée dans la direction du rayon vers ou depuis le point d’observation. Cela permet aux scientifiques de déterminer les mouvements de l’étoile sous l’influence de la gravité de la planète.

Environ 430°C au thermostat

Pour ceux qui imaginaient déjà s’installer confortablement sur cette planète, il faudra revoir vos plans. Même si cette découverte est prometteuse, José A. Caballlera précise que celle-ci n’est pas habitable, notamment à cause la chaleur extrême qui y règne. Selon l’estimation des scientifiques, le thermostat afficherait environ 430 °C. Sur la surface de cette fournaise, on retrouverait principalement des volcans et des rivières de lave, on est donc loin d’un Eldorado de l’espace. Pour autant, l’exploration de la zone pourrait permettre de découvrir une autre planète plus éloignée de l’étoile et qui pourrait donc être habitable. L’auteur principal de l’étude, Trifon Trifonov, explique que si cette planète « a une atmosphère, alors, toutes les planètes les plus éloignées avec des caractéristiques similaires auront une atmosphère ». Le lancement imminent du télescope James Webb, développé par les agences spatiales américaine, européenne et canadienne, permettra d’observer plus en détails Gliese 486b et apporter de nouvelles réponses aux scientifiques.

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)