Le port d’un masque facial fait partie des moyens recommandés pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Toutefois, beaucoup continuent à penser que les masques ne sont pas vraiment efficaces. Dans ce contexte, des chercheurs ont étudié si ces derniers peuvent réellement contribuer à la réduction du nombre de personnes infectées par le virus SARS-CoV-2.

L’étude, qui a été publiée dans la revue Physics of Fluids, indique que « les masques de type chirurgical et dont l’efficacité est d’environ 70 % pourraient conduire à l’éradication de la pandémie si au moins 70 % de la population les portait régulièrement en public ».

Crédits Pixabay

Les auteurs de l’étude, incluant Sanjay Kumar de l’Université Nationale de Singapour, ont aussi déclaré que même les masques faciaux moins efficaces fabriqués en tissu pourraient également ralentir la propagation du virus, à condition qu’ils soient portés de manière consistante.

La taille des gouttelettes, un aspect très important

Les scientifiques ont rapporté dans l’article que la taille des gouttelettes sortant du nez ou de la bouche lorsqu’une personne parle, éternue ou même respire est un aspect important à considérer quand on mentionne le rôle des masques.

Selon les explications, les grosses gouttelettes de 5 à 10 microns sont les plus courantes. Toutefois, celles dont la taille est inférieure à 5 microns sont les plus dangereuses. A titre de comparaison, les chercheurs ont indiqué que le diamètre d’un cheveu humain est de 70 microns.

Ainsi, seuls les masques N95 peuvent filtrer totalement les gouttelettes de la même taille que les aérosols parmi tous les types de masques faciaux existants. Ils sont ainsi meilleurs que les masques en tissu ou encore les masques chirurgicaux.

A lire aussi : Covid-19, l’immunité durerait entre 6 et 8 mois

La durée du port du masque et son impact sur la propagation du coronavirus

La durée du port d’un masque est aussi un autre point à considérer dans la lutte contre la transmission du coronavirus. Les auteurs de l’article ont indiqué que la performance des masques pendant toute la durée au cours de laquelle certains travailleurs essentiels comme les membres du personnel de la santé les portent aurait un impact sur l’efficacité du port global du masque.

Les masques en polymères hybrides seraient ainsi très efficaces pour filtrer les particules. De plus, ils permettent à la chaleur de s’échapper, ce qui abaisse la température du visage.

Heow Pueh Lee, l’un des co-auteurs de l’étude, a déclaré qu’il pourrait y avoir une relation entre la résistance respiratoire et la résistance à l’écoulement du masque facial, et que cela devrait être étudié pour un intervalle de temps donné.

A lire aussi : On a peut-être découvert un nouveau symptôme de la Covid-19

En général, bien que les auteurs aient souligné l’importance du port régulier de masques faciaux pour minimiser la transmission du coronavirus, ils conseillent surtout  l’utilisation de masques efficaces comme les masques chirurgicaux.  


Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)