Malgré les difficultés qui s’empilent, Intel a largement profité de l’année 2020 exceptionnelle en termes de ventes de PC. C’est la conséquence des mesures de lutte contre la propagation du coronavirus, qui ont forcé des millions de personnes à rester chez elles et à travailler à domicile.

Crédit : Intel
Crédit : Intel

Intel confirme la très bonne santé des ordinateurs portables et de bureau l’an dernier. Au dernier trimestre 2020, le fondeur a vu son activité PC exploser de 33 % par rapport aux trois derniers mois de l’année précédente. Les revenus tirés de l’activité « portables » ont augmenté de 30 %. Les personnes cloîtrées à la maison ont dû s’équiper pour rester en contact avec leurs familles et pour travailler à domicile.

Les investisseurs boudent

L’immense majorité des PC étant équipée de processeurs Intel, il est donc naturel que le fondeur en profite. La division Client Computing Group, qui regroupe tous les produits PC d’Intel, a atteint 10,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires au quatrième trimestre, soit 9 % de mieux d’une année sur l’autre. Autre surprise, la progression significative (+39 %) des ventes de Mobileye, la division qui s’occupe des technologies de conduite autonome.

Ces bons chiffres permettent à Intel d’afficher un chiffre d’affaires total de 20 milliards de dollars durant les trois derniers mois de l’année, soit 2,6 milliards de plus que les prévisions du mois d’octobre. Les bénéfices s’établissent quant à eux à 5,9 milliards. Malgré cette performance de fin d’année, Intel fait tout de même moins bien en tout que l’an dernier à la même époque : les ventes reculent de 1 %, les profits de 15 %.

C’est sans doute ce qui explique que les investisseurs aient boudé l’action durant la séance de vendredi, qui a baissé de pas loin de 10 %. Si Intel est tout de même parvenu à obtenir des résultats somme toute très positifs dans l’ensemble, l’avenir s’annonce moins radieux. La 11e génération de processeurs Intel annoncée durant le CES montre une stagnation de la finesse de gravure.

Heureusement, le groupe a dans ses manches un atout de poids avec la génération Alder Lake qui combine cœurs performants et cœurs efficients. Une architecture inspirée de celle d’ARM qui fait des merveilles chez la concurrence, Apple en tête.

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)