Après seulement un mois à la tête d’Intel, Patrick Gelsinger, le nouveau PDG qui a remplacé Bob Swan, voit déjà les choses en grand. On peut même dire qu’il a pris en contre-pied toutes les prévisions des spécialistes.

Patrick Gelsinger vient en effet d’annoncer plus tôt cette semaine qu’Intel va aménager deux nouveaux locaux en Arizona pour étendre son réseau de fabrication de CPU. Deux dizaines de milliards de dollars devraient être déboursées dans le cadre de ce projet. Une tournure qui paraissait inenvisageable pour les analystes. Ces derniers pensaient en effet que la firme allait se diriger vers le retrait progressif de cette activité. Apparemment, Intel n’aura pas besoin de faire ce choix.

Crédits Pixabay

Cette perspective devrait justement augmenter la part d’Intel sur le marché, entre autres face à TSMC, l’un des principaux concurrents. Dans une autre mesure, ce projet devrait également porter un coup à la dépendance asiatique en matière de production de micropuces.

Un retournement inattendu, voire inespéré de la situation

Avec deux nouvelles usines de production de CPU, Intel devrait largement augmenter ses possibilités en matière d’offre. Et ce, malgré des analyses plutôt négatives prévoyant qu’Intel allait régresser drastiquement dans la production de ses composants silicés.

Il faut en effet rappeler que jusqu’à maintenant, Intel n’est pas encore parvenu à réduire sa technologie de gravure de puces en dessous des 14 nm. Une faiblesse concurrentielle notable quand on sait que du côté de TSMC, son principal concurrent, on devrait atteindre les 3nm d’ici la fin de l’année.

Mais apparemment, Intel ne pense pas jeter l’éponge de sitôt. D’autant que la demande de puces électroniques que la firme reçoit reste considérable, même si l’offre a substantiellement baissé depuis la pandémie.

Patrick Gelsinger veut être présent sur tous les fronts

Ces deux installations qui verront bientôt le jour en Arizona devraient permettre à Intel, de fabriquer beaucoup plus de puces, mais également de sous-traiter pour d’autres fabricants de composants électroniques. La firme pourra ainsi assurer les commandes qui lui sont faites tout en répondant aux demandes d’entreprises tierces.

SiFive, par exemple, fait partie de ceux qui ont déjà officialisé le partenariat à l’annonce de la nouvelle et a choisi Intel comme sous-traitant. Intel pourra ainsi se mettre au niveau des entreprises comme TSMC, qui sous-traite pour Apple et Qualcomm.

D’un autre côté, face au contexte COVID-19 mondial, la demande en matière de puces électroniques auprès des fournisseurs asiatiques a considérablement baissé. Une situation qu’Intel devrait facilement en sa faveur avec cette initiative.


Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)