Les chercheurs en cybersécurité sont d’une importance capitale dans la lutte contre le piratage informatique. Et apparemment, d’après un rapport de Google, ces derniers ont récemment été les cibles de hackers nord-coréens engagés par le gouvernement nord-coréen lui-même.

Afin de duper ces spécialistes, les pirates informatiques nord-coréens se sont servis d’un stratagème bien élaboré impliquant les réseaux sociaux. Selon les informations partagées, si ces malfaiteurs ont choisi de s’en prendre aux chercheurs en cybersécurité, c’était dans le but de connaître les faiblesses des nouvelles technologies en développement.

Crédits Pixabay

Cette cyberattaque témoigne une fois de plus du danger que représente la Corée du Nord en matière de piratage informatique. En effet, dans ce domaine, le pays se trouve au même niveau que la Russie, l’Iran ou encore la Chine. D’ailleurs, depuis 2014, la Corée du Nord serait à l’origine de nombreuses cyberattaques de grande ampleur.

Une cyberattaque effectuée par le biais des réseaux sociaux

Selon le rapport de Google, les pirates auraient tout d’abord créé d’innombrables comptes sur Twitter et LinkedIn. À travers ces faux profils, les hackers nord-coréens se faisant passer pour des chercheurs en cybersécurité, justement afin de duper leurs victimes. Pour être plus convaincants, ils avaient même mis des blogs factices en place.

Une fois entrés en contact avec leurs cibles, les hackers nord-coréens leur proposaient de collaborer afin de travailler sur des questions relatives à la cybersécurité et trouver des failles. Ironie de la situation, les hackers ont par la suite piraté les systèmes de ces chercheurs grâce à des failles trouvées sur leurs propres outils.

Après l’alerte de Google, de nombreux chercheurs en cybersécurité ont confirmé les faits sur Twitter. Toujours selon les informations fournies par le géant du web, les hackers ont aussi été en mesure de trouver des failles sur les PC des victimes, même si elles utilisaient les versions les plus récentes de Windows 10 et de Google Chrome.

La Corée du Nord, un champion du piratage informatique

Google a souligné dans son rapport que le gouvernement de la Corée du Nord lui-même est derrière toute cette opération. Et ce n’est pas la première fois que la Corée du Nord se retrouve impliquée dans ce genre d’affaires. En 2014, la Corée du Nord aurait en effet soutenu des pirates lors d’une attaque visant Sony Pictures.

Et depuis 2017, les cyberattaques commanditées par la Corée du Nord se sont enchainées. Cela a permis à Pyongyang de subtiliser de la cryptomonnaie ou même des secrets nucléaires et d’armement. Selon un communiqué de l’ONU datant de l’année dernière, les cyberattaques ont rapporté au moins 2 milliards de dollars à la Corée du Nord.

Enfin, très récemment, la Corée du Nord fut accusée d’avoir orchestré des cyberattaques à l’encontre de grandes entreprises pharmaceutiques, dans le but de récolter des informations liées aux vaccins contre le COVID-19. Une autre affaire qui retient actuellement l’attention de tout le monde.


Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)