Les Etats-Unis prévoient de revenir sur la Lune dans moins de trois ans dans le cadre du programme Artemis. Cette mission consistera non seulement à explorer la surface lunaire, à collecter des échantillons mais aussi à établir une infrastructure vitale qui permettra « une exploration lunaire soutenue » rapporte ScienceAlert.

Toutefois, l’établissement de cette structure durable ne pourra être possible que si l’on arrive à distribuer de l’électricité sur la Lune, en particulier dans les régions ombragées en permanence comme le pôle Sud-Bassin d’Aitken.

Photo de Reimund Bertrams. Crédits Pixabay

Justement, un chercheur du centre de recherche de la Nasa, à Langley, a proposé une solution pouvant résoudre ce problème.

Le Light Bender permettra de distribuer de l’énergie solaire sur la Lune

Le chercheur, Charles Taylor, a proposé un concept dénommé Light Bender. Il s’agit d’un système qui à l’aide de l’optique d’un télescope, capturerait et distribuerait la lumière du soleil sur la Lune. Cette idée novatrice a été présentée lors de la phase I du programme 2021 Innovative Advanced Concepts (NIAC) de la NASA, supervisé par sa Direction des missions de technologie spatiale (STMD).

Le concept de Taylor est inspiré par un dispositif appelé héliostat qui s’ajuste afin de compenser le mouvement du soleil dans le ciel pour refléter la lumière solaire directement sur une cible. Le Light Bender utilisera quant à lui le télescope Cassegrain pour capturer, concentrer et focaliser la lumière du soleil tandis qu’une lentille de Fresnel servira à aligner les faisceaux lumineux permettre la distribution de cette lumière à plusieurs cibles pouvant se trouver à une distance de 1 km ou plus.

La lumière est ensuite réceptionnée par des panneaux photovoltaïques qui peuvent mesurer entre 2 à 4 mètres de diamètre qui convertissent ensuite la lumière du soleil en électricité.

Une étude de faisabilité du Light Bender est déjà en cours

Dans son énoncé de proposition, Charles Taylor a déclaré que « ce concept est supérieur aux alternatives telles que le faisceau laser très inefficace » qui ne convertit qu’une seule fois la lumière en électricité et dont les architectures de distribution reposent sur des câbles massifs.

Ce chercheur souligne ainsi que « la valeur de la proposition de Light Bender est une réduction de masse d’environ 5x par rapport aux solutions technologiques traditionnelles telles que le faisceau laser ou un réseau de distribution basé sur des câbles d’alimentation à haute tension ».

Le concept de Taylor a été sélectionné lors de la phase I du programme CANI 2021. Il recevra une subvention de la NASA qui peut aller jusqu’à 125 000 dollars. Désormais, Taylor dispose d’une période initiale d’étude de faisabilité de 9 mois où il évaluera les différents aspects de son concept et les problèmes qu’il pourrait rencontrer lors de son exploitation dans le bassin du pôle sud-Aitken. Une fois cette étude de faisabilité terminée, Taylor et les autres boursiers de la phase I pourront postuler pour les bourses de la phase II.


Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)