NFT

L’Inde fait part de son intention de réguler les cryptomonnaies en les taxant à hauteur de 30 %. La mesure s’appliquerait aussi aux NFT dans ce pays qui prévoit de lancer une « roupie indienne » dès l’année prochaine.

Deuxième pays le plus connecté au monde, l’Inde veut réagir face à l’engouement suscité par les cryptomonnaies et les NFT. La ministre des Finances du gouvernement indien, Nirmala Sitharaman, a évoqué l’urgence de réguler ce nouveau marché qui prend de l’ampleur dans le pays. Filiale de Binance, la plateforme WazirX a récemment déclaré que le volume annuel de transactions a dépassé 43 milliards de dollars en 2020, avec une croissance de 1 735 % par rapport à 2022. Une progression impressionnante qui attire de grands investisseurs comme Andreessen Horowitz en Inde.

« L’ampleur et la fréquence de ces transactions ont rendu impératif de prévoir un régime fiscal spécifique », estime Nirmala Sitharaman. Après avoir évoqué la possibilité de bannir les cryptomonnaies, l’Inde prévoit désormais de réguler le secteur avec la mise en place de plusieurs mesures. Le pays prévoit d’instaurer une taxe de 30 % sur tous les revenus provenant de transferts d’actifs numériques virtuels. Cela concerne les ventes et échanges impliquant des cryptomonnaies ou des NFT.

Crypto is legally recognized in India, with a 30% tax.

— CZ 🔶 Binance (@cz_binance) February 1, 2022

La ministre des Finances a également confié qu’« aucune déduction au titre d’une dépense ou allocation n’est autorisée lors du calcul de ce revenu, à l’exception du coût d’acquisition ». « En outre, la perte résultant du transfert d’un actif numérique ne peut être compensée par aucun autre revenu », ajoute-t-elle. Le projet prévoit aussi un impôt de 1 % qui sera prélevé à la source sur les paiements effectués pour l’achat d’actifs virtuels.

NFT Une « roupie numérique » dès 2023

De plus, l’Inde prévoit de lancer une monnaie numérique dès l’année prochaine. Cette « roupie numérique » sera introduite d’ici à la fin mars 2023 alors que la Banque centrale indienne a multiplié les essais ces derniers mois. Ils ont notamment servi à évaluer l’impact que pourrait avoir une monnaie numérique sus les systèmes bancaires et monétaires du pays. « L’introduction d’une monnaie numérique de la Banque centrale [MNBC] donnera un grand coup de pouce à l’économie numérique. La monnaie numérique conduira également à un système de gestion des devises plus efficace et moins coûteux », estime Nirmala Sitharaman.

Les propositions du gouvernement indien font échos à celle de Vladimir Poutine. Le président russe envisagerait de taxer les cryptomonnaies tandis que la Banque centrale de Russie milite pour l’interdiction de cette technologie. Alors que le secteur enregistre de mauvaises nouvelles en provenance de la Chine et du Kazakhstan, les annonces indiennes apparaissent comme une éclaircie dans un ciel nuageux.

Toutefois, elles ne font pas l’unanimité et le porte-parole du principal parti de l’opposition a multiplié les critiques. Sur le réseau social Twitter, Randeep Singh Surjewala regrette l’absence d’un régulateur, de protection des investisseurs et d’une régulation sur les échanges de cryptomonnaies.

And Ms. Finance Minister, pl do tell the Nation –

Is Crypto Currency now legal, without bringing the Crypto Currency Bill, as you tax the crypto currency?

• What about its regulator?

• What about regulation of Crypto Exchanges?

• What about investor protection?#Budget2022

— Randeep Singh Surjewala (@rssurjewala) February 1, 2022

Read More

0 CommentsClose Comments

Leave a comment

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)