NFT

Source : metaworms.live

Ce n’est pas un hasard si les lombrics adorent tout ce qui pourrit : la fameuse franchise Worms revient sur le devant de la scène avec le lancement d’une initiative NFTs sobrement intitulée « MetaWorms ». Le studio Team17 copine avec Reality Gaming Group pour le lancement d’une ligne de jetons non fongibles à l’effigie des vers de terre, regroupant ainsi « les 26 ans d’histoire » de la saga de jeu vidéo pourtant tant bien-aimée par le public.

Source : metaworms.live

La promesse des NFTs écolos

On ne sait pas trop à quoi ressembleront ces NFTs à l’heure actuelle. Aucune date de mise en vente n’a été annoncée, ni aucun visuel concret dévoilé ; mais Reality Gaming Group précise qu’il s’agira « d’artworks uniques » générés par ordinateur, sans plus d’information. Les éventuels intéressés n’auront pas grand-chose à se mettre sous la dent pour le moment, mais un serveur Discord est d’ores et déjà en place pour celles et ceux désireux d’être au fait de l’actualité du projet.

Ces NFTs seront intégrées à une blockchain dérivée de celle de l’Ethereum, avec la promesse d’un impact écologique amoindri. L’initiative aurait laisserait ainsi une emprunte carbonique bien plus faible des autres entreprises liées au NFTs, n’utilisant qu’une infirme partie d’énergie pour gérer ses transactions. Toujours histoire de mieux faire passer la pilule auprès du public réticent aux NFTs, Team17 a annoncé qu’un partenariat sera mis en place avec l’organisation de « NFTs caritatifs », dont l’un des projets réside dans la mise en place de lits de lombricompost (malin) pour recycler le gaspillage alimentaire. Rien de tout cela ne règlera le problème de la spéculation inhérente à la technologie, mais passons.

Team17 est donc un énième acteur de l’industrie du jeu vidéo à se lancer dans la ruée vers l’or du NFTs et du blockchain, tant bien même la technologie ne jouit pas de la meilleure réputation auprès du grand public. D’autres initiatives ont été lancées par d’autres éditeurs comme Konami—qui a réussi à dégager un petit pactole, mine de rien—mais également Ubisoft avec son initiative Quartz. Un semi-échec pour l’instant que même l’éditeur français n’arrive pas à expliquer

Read More

0 CommentsClose Comments

Leave a comment

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)