Avez-vous entendu parler du massacre qu’il s’est produit le 30 décembre 2000 dans le quartier de Setagaya à Tokyo ? C’est une des histoires de meurtre les plus sanglantes qu’il y ait eu au Japon au cours de ces dernières années. Les quatre membres de la famille Miyazawa, c’est-à-dire Mikio Miyazawa, le père, Yasuko, sa femme, et Niina et Rei, les deux enfants, ont en effet tous été tués de façon très brutale par un homme qui est entré par effraction dans leur foyer.

Au cours de la soirée du 30 décembre, un homme a réussi à pénétrer dans la maison des Miyazawa en passant par la fenêtre ouverte de la salle de bain du second étage. Sa première victime a été le jeune Rei qu’il a étranglé de ses propres mains. Mikio a été alerté par le bruit provenant de la chambre de son fils et s’est rué dans l’escalier pour voir ce qu’il en était.

Crédits Pixabay

Arrivé sur les lieux, il a pu se battre et même blesser l’assaillant, mais malheureusement, il a fini par se faire tuer à l’aide d’un couteau à sashimi que le tueur avait en sa possession. Selon la police, la lame du couteau en question s’est brisée dans la tête de Mikio, mais l’assassin a quand même utilisé le couteau brisé pour attaquer Yasuko et Niina. Puis il s’est finalement servi d’un couteau Santoku de la maison pour les tuer.

Un des points particuliers de ce quadruple meurtre a été le fait que l’assassin ne s’est pas tout de suite enfui après son méfait. Il est en effet resté dans la maison pendant une durée de 2 à 10 heures et en a profité pour utiliser les objets de la maison comme l’ordinateur, le kit de premier soin, et a même consommé des produits du réfrigérateur et utilisé les toilettes. Il s’agit ici d’un meurtrier très audacieux qui n’a toujours pas été capturé jusqu’à maintenant.

Le déroulement de l’enquête

Le massacre a été découvert le matin du 31 décembre lorsqu’Asahi Geino, la mère de Yasuko, s’est inquiétée lorsqu’elle n’a pas pu joindre sa fille par téléphone, ce dernier ayant été coupé par le malfaiteur. Elle s’est ainsi rendue à la maison des Miyazawa pour en avoir le cœur net.

C’est Takeshi Tsuchida, le chef du Poste de Police de Seijo de l’époque, qui avait été désigné pour mener l’enquête. Au cours de celle-ci, la police a pu déduire certains détails sur l’identité du meurtrier sans pour autant réussir à l’identifier totalement et à l’arrêter. Par exemple, les policiers ont réussi à savoir que les vêtements de l’assassin, ainsi que le couteau à sashimi qu’il a laissé sur place, avaient été achetés dans la préfecture de Kanagawa. Toutefois, parmi les 130 unités du chandail vendus par le magasin identifié par les inspecteurs, les forces de l’ordre n’ont pu pister que douze des acheteurs. Un autre indice trouvé sur les lieux a été un sac laissé par le criminel et qui contenait des traces de sable provenant de la zone où se trouve l’Edwards Air Force Base en Californie.

En tout cas, cette enquête fait partie des plus importantes jamais entreprises au Japon. Plus de 246 044 enquêteurs y ont en effet participé et en 2015, les informations parlent de 40 officiers qui ont été désignés pour traiter l’affaire à plein-temps. Dernièrement, en 2019, les informations ont mentionné que 35 officiers seraient toujours en train de mener l’enquête. L’on sait également que le Tokyo Metropolitan Police Department offre une somme de 20 millions de yens (159 240 euros) à qui pourrait aider à capturer l’assassin.

 Le profil du tueur

L’assassin, on ne sait toujours pas qui il est, mais en tout cas, l’enquête et les tests d’ADN ont permis d’obtenir des informations sur sa physionomie.

Les empreintes digitales recueillies sur le lieu du crime ne correspondaient à aucune empreinte des bases de données de la police. Toutefois, l’analyse du sang du tueur a montré que celui-ci était du type A, ce qui montre qu’il n’aurait pas appartenu à la famille Miyazawa. Le test d’ADN de son côté a montré que l’assassin était métis avec une mère ayant des ancêtres européens et un père est-asiatique. Ces résultats ont conduit la police de Tokyo à faire appel à l’International Criminal Police Organization.

En ce qui concerne le physique du meurtrier, il mesurerait à peu près 1,70 m et serait plutôt mince. Selon la police, son année de naissance pourrait être comprise entre 1965 et 1985, c’est-à-dire qu’il pouvait être âgé entre 15 et 35 ans au moment des faits.

En tout cas, l’enquête continue encore aujourd’hui et l’avenir nous dira si le meurtrier de la famille de Setagaya se retrouvera un jour derrière les barreaux.


Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)