La recherche de la vie extraterrestre occupe les esprits des scientifiques depuis des années. Selon eux, l’Univers est tellement immense qu’il est impossible que l’Homme soit le seul être doté d’intelligence à y vivre. Les avancées technologiques ont permis à la communauté scientifique d’affiner ses recherches.

En dépit de tous les moyens déployés par les chercheurs, l’Homme n’a pas encore réussi à prouver l’existence d’une forme de vie intelligente en dehors de sa planète. Si certains pensent que les scientifiques cherchent aux mauvais endroits, d’autres croient qu’il n’y aurait plus rien à trouver, car les extraterrestres auraient tout simplement disparu.

Une photo représentant l'immensité de l'Univers

Photo de Thomas Grams – Unsplash

Dans une récente étude publiée le 10 juin 2020, dans la revue Astrophysical Journal, des chercheurs de l’Université de Nottingham, en Angleterre, ont émis l’hypothèse selon laquelle les civilisations extraterrestres se seraient auto-détruites.

Une étude basée sur l’équation de Drake

Tom Westby et Christopher Conselice, les auteurs de cette étude, ont élaboré leur théorie en se basant sur l’équation de Drake, formulée en 1961. Dans ses grandes lignes, cette équation sert à évaluer le nombre de civilisations avec lesquelles l’Homme pourrait communiquer.

Certains des facteurs de cette équation sont impossibles à mesurer. Par exemple, les scientifiques ne peuvent pas déterminer le nombre d’étoiles que possèdent les planètes ou encore le nombre de planètes capables d’accueillir la vie. Pour combler les blancs dans l’équation de Drake, afin de mener à bien leur étude, Westby et Conselice ont adopté une nouvelle approche.

À lire aussi : L’IA pour rechercher de la vie extraterrestre sur d’autres planètes ?

Une civilisation qui a disparu il y a des millions d’années ?

Westby et Conselice ont d’abord émis l’hypothèse qu’il faudrait environ 5 milliards d’années à une forme de vie intelligente, avancée sur le plan technologique, pour évoluer. Ils ont ensuite essayé de déterminer le nombre d’étoiles assez âgées et le nombre de planètes orbitant autour de ces étoiles qui offrent des conditions propices au développement d’une forme de vie biologique.

À travers leur équation, Westby et Conselice veulent démontrer que le nombre de civilisations intelligentes capables de communiquer avec la Terre dépend du nombre d’étoiles contenues dans la galaxie. La majorité des étoiles répondant aux critères établis par Westby et Conselice sont âgées de plus de 5 milliards d’années.

D’après eux, même si certaines d’entre elles avaient pu abriter des civilisations extraterrestres, ce ne serait plus le cas aujourd’hui, car elles auraient déjà disparu. Néanmoins, ils pensent qu’il existerait encore 36 civilisations communicantes « dans la galaxie aujourd’hui, en supposant que la durée de vie moyenne de ces civilisations est de 100 ans. »

À lire aussi : Voilà comment une civilisation extraterrestre pourrait exploiter les trous noirs


Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)