La division californienne de Sony PlayStation a été attaquée en justice par Emma Majo en lundi denier. L’ancienne analyste de cybersécurité intente un procès à la firme japonaise pour licenciement abusif, mais également pour discrimination sexuelle généralisée au travail.

©unitysphere/123RF.COM

Une culture de travail favorisant les hommes

Comme nous le rapporte le site Axios, cette action en justice porte sur plusieurs chefs d’accusation liés à la discrimination sexuelle au sein des locaux californiens de la marque. Ainsi, les “employées de sexe féminin et s’identifiant comme femme” subiraient un traitement inégalitaire face à leurs collègues masculins en termes de compensation salariale, mais également d’évolution en entreprise. Toujours selon Majo, la culture de travail au sein de PlayStation serait largement tournée en faveur des employés masculins — au détriment, une nouvelle fois, des femmes.

L’ancienne analyste affirme avoir été licenciée pour avoir déposé une plainte officielle en interne au sujet de ces différentes accusations de discrimination sexuelle. Sony affirme que son licenciement est la conséquence de la fermeture d’un département au sein de l’éditeur — mais Majo assure ne pas avoir travaillé au sein du département concerné.

Une class action à suivre ?

Majo espère pouvoir muter ce procès en class action au nom de “toutes les femmes ayant travaillé pour PlayStation au cours des dernières années” — mais doit d’abord recevoir l’approbation du tribunal du district nord de Californie.

Cette action en justice intervient quelques jours seulement après les révélations choc du Wall Street Journal au sujet de Bobby Kotick, actuel PDG du groupe Activision-Blizzard. L’éditeur derrière les franchises best-seller Call of Duty et World of Warcraft est toujours en procès contre l’état de Californie pour avoir entretenu une culture de travail particulièrement toxique au fil des années. Son dirigeant aurait ainsi un long historique de comportement abusif au cours de sa carrière au sein d’Activision-Blizzard. Jim Ryan, PDG de la division Sony Interactive Entertainment, s’est dit “déçu et choqué” des révélations du journal américain et a vivement critiqué la réponse d’Activison aux accusations.

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)