Sorti le 26 octobre dernier, le nouveau Womanizer Premium 2 vient étoffer la gamme des stimulateurs clitoridiens de la marque leader du marché, avec un nouveau modèle résolument haut de gamme.

Sept ans après son premier jouet pour adulte, Womanizer revient cette année avec une évolution complète de sa gamme. Le 26 octobre dernier, la marque du groupe Wow Tech a en effet présenté ses nouveaux Premium 2, Classic 2 et Scarlet 3. Trois concentrés de technologie qui viennent remplacer les modèles précédents, en promettant une meilleure ergonomie et quelques fonctionnalités supplémentaires. Avec une efficacité qui n’est plus à prouver et un succès à l’international, le leader du marché peut-il encore révolutionner la sextech ?

Acheter le Womanizer Premium 2

Design et ergonomie : le Premium 2 fait peau neuve

Après un premier modèle Premium lancé en 2018, Womanizer repart à la conquête du marché avec une nouvelle itération haut de gamme sortie le 26 octobre 2021, et sobrement baptisée Premium 2. Sans viser de nouvelle révolution sexuelle, le nouveau-né de la marque vient remplacer son prédécesseur, en proposant une version améliorée et toujours aussi efficace, pour un prix identique.

© Amandine Jonniaux / JDG

En termes de design, le Premium 2 s’inscrit dans la lignée directe de ses prédécesseurs : les habituées ne seront pas dépaysées, le modèle reprend à la lettre les courbes héritées du premier Classic, tout en optant pour un élégant revêtement en silicone médical. En plus d’être bien plus agréable au toucher, le matériau a surtout l’avantage d’être inerte lorsqu’il est placé en contact avec des muqueuses. Seule la bague en plastique ABS métallisé entourant le bas de l’appareil vient perturber cet aspect unibody, tout en signifiant son appartenance à la gamme Premium. Pas de grand changement donc par rapport au dernier Womanizer Premium, mais des finitions toujours aussi soignées, et deux nouveaux coloris inédits bordeaux et gris clair.

© Amandine Jonniaux / JDG

Sur la partie supérieure du Womanizer Premium 2, on retrouve les agrafes destinées au chargement magnétique, trois LED indiquant le niveau de batterie, et le bouton d’alimentation. Plus bas, viennent ensuite le bouton dédié à l’Autopilot 2.0, puis ceux permettant de contrôler la puissance de la stimulation.

Quatre boutons au total, c’est beaucoup pour un seul moteur. Même si ces derniers sont plutôt bien placés — notamment ceux permettant de contrôler l’intensité, qui tombent parfaitement sous les doigts une fois positionnés — on regrette que Womanizer n’ait pas opté pour un peu plus de simplicité. L’idée avait pourtant été déjà expérimentée sur le Womanizer Premium Eco sorti plus tôt cette année, qui avait troqué son bouton d’alimentation contre un appui long sur le “+”.

Le poids lourd de la stimulation sans contact

Sur la partie inférieure du Womanizer Premium 2, on retrouve la tête aspirante. Amovible, cette dernière est en silicone souple, et se fixe facilement au corps de l’appareil principal. Avec sa large ouverture ovale (1 cm x 2 cm environ), elle promet de convenir à la majorité des morphologies.

Pour s’adapter à la sensibilité de chacun.es, le Premium 2 est d’ailleurs livré avec deux tailles d’embouts (S et M), dont la profondeur varie de quelques millimètres pour s’approcher plus ou moins du clitoris externe. À noter que des têtes de rechange sont aussi disponibles à la vente (S, M et L) au prix de 14,95€ les trois. Proposer un embout directement intégré au corps du Womanizer Premium 2 aurait sans doute été plus élégant. Mais il faut bien admettre qu’une fois en place, ce dernier ne bouge plus, et sait se faire oublier. C’est aussi beaucoup plus pratique à nettoyer et à remplacer si besoin.

© Amandine Jonniaux / JDG

Présenté dans un packaging sobre et épuré, le Womanizer Premium 2 est livré avec une pochette de rangement en coton (qui a tendance à laisser quelques peluches sur le silicone) et un câble de chargement magnétique USB. Un parti-pris qui s’émancipe définitivement du secteur encore parfois tape-à-l’œil du jouet pour adulte, pour se rapprocher de celui des objets connectés, et miser davantage sur la sobriété. On ne s’en plaindra pas.

La technologie qui fait plaisir

Imaginé en 2014 par les inventeurs allemands Michael et Brigitte Lenke, le succès de Womanizer repose en grande partie sur l’efficacité de sa technologie sans contact. En plus d’avoir été la première marque à imaginer cette alternative à nos bons vieux vibromasseurs, Womanizer s’est surtout imposé comme l’un des leaders sur le marché : aujourd’hui, si la majorité des constructeurs sextech misent sur le sans contact, la technologie brevetée Air Pleasure fait toujours office de référence.

© Amandine Jonniaux / JDG

Contrairement à un vibromasseur qui fonctionne grâce aux vibrations (logique), la technologie sans contact de Womanizer va utiliser un système de pression d’air et de succions pour stimuler la les 8000 terminaisons nerveuses du clitoris externe, sans entrer directement en contact avec ce dernier. À l’époque, l’idée est une véritable révolution. À l’usage, il faut bien admettre que le sans contact tient ses promesses : en plus du clitoris externe, la technologie stimule aussi les bulbes internes, les rendant beaucoup plus sensibles à une pénétration. Par rapport à un vibromasseur classique, le sans contact possède aussi un avantage de taille, puisqu’il ne provoque aucune sensation d’engourdissement : il n’est donc plus nécessaire de faire de pause entre chaque orgasme.

Évidemment, la marque ne se limite pas à sa technologie Air Pleasure. Le Premium 2 hérite aussi d’un tout nouveau mode Autopilot 2.0, qui permet de profiter de trois patterns aléatoires en fonction de ses envies et de son timing. Une franche réussite, qui a le mérite de se renouveler là où l’Autopilot du Premium 1 avait tendance à rapidement tourner en rond.

Comme sur le modèle précédent, on retrouve aussi le mode Smart Silence, qui une fois activé, permet à l’appareil de se couper automatiquement lorsqu’il n’est pas en contact avec la peau. Un petit détail qui veut dire beaucoup, puisqu’à pleine puissance, l’appareil frôle les 60 dB lorsqu’il n’est pas correctement positionné. À noter qu’il est toujours possible de désactiver la fonctionnalité en maintenant simultanément les deux boutons dédiés au réglage de l’intensité, ce qui promet de convenir au plus grand nombre.

© Amandine Jonniaux / JDG

Pour éviter le coup de la panne, ce running gag bien connu qui ne fait rire personne, le Womanizer Premium 2 a aussi le bon goût d’afficher son niveau de charge lorsqu’il est allumé. Grâce aux trois LED situées sur le haut de l’appareil, il est ainsi possible de savoir lorsqu’il est temps de recharger le stimulateur clitoridien. Un petit avantage qui ne révolutionne pas l’usage, mais qui contribue à asseoir l’objet dans une catégorie haut de gamme décidément bien méritée. Avec quatre heures d’autonomie (en utilisation) et un orgasme toutes les minutes en moyenne, il y a de toute façon peu de chance d’être déçu. Dans le cas contraire, un chargement de deux heures suffit pour refaire le plein. On regrette cependant le manque d’adhérence du chargeur magnétique, qui n’est pas franchement optimal.

Au quotidien, il a tout pour plaire

Comme n’importe quel jouet pour adulte, le Womanizer Premium 2 nécessite quelques essais avant de parvenir à positionner parfaitement l’embout selon sa morphologie et ses préférences. Passé ce petit temps d’adaptation, qui n’aura pas duré plus de quelques minutes, le résultat est là : Womanizer n’a pas volé son titre. Utilisé seul ou à deux, le Premium 2 est une réussite totale. C’est d’autant plus vrai avec cette seconde génération, qui permet à l’appareil de gagner deux niveaux d’intensité supplémentaires. Alors que la technologie Air Pleasure était déjà saluée pour son niveau de puissance le plus faible, parfait pour les plus sensibles, les 14 vitesses disponibles promettent désormais de convenir aussi aux utilisatrices ayant besoin de plus d’intensité.

© Amandine Jonniaux / JDG

À noter tout de même qu’avec son “menton” proéminent et ses 16 cm de long, le Womanizer (c’est le cas pour presque tous les modèles de la marque) peut parfois poser quelques problèmes de logistiques lorsqu’il est utilisé pendant un rapport pénétrant. Rien de franchement problématique au quotidien, même si pour usage exclusivement en duo, on conseillera plutôt le Melt de We-Vibe, ou le Sona 2 de Lelo.

On saluera en revanche le fait que le Premium 2 est entièrement waterproof, et certifié IPX7. On n’en attendait pas moins pour un produit aussi haut de gamme, mais c’est toujours bon à noter. En plus de permettre une utilisation sous l’eau, cela permet aussi de le nettoyer plus facilement après chaque utilisation.

Très haut de gamme… et très cher

© Amandine Jonniaux / JDG

Disponible en noir, bleu foncé, rose, bordeaux et gris clair, le Womanizer Premium 2 est disponible en boutique et sur les plateformes de vente en ligne au prix conseillé de 189€. Même si la marque n’opère pas d’augmentation par rapport au Premium original — qui en devient complètement obsolète — cela reste évidemment un investissement conséquent. Pour autant, la technologie derrière le produit justifie largement son positionnement haut de gamme, qui se ressent logiquement dans son prix. À titre de comparaison, on rappellera tout de même que l’objet reste moins cher qu’une paire de Airpods troisième génération.

Pour tous ceux qui ne souhaiteraient cependant pas (et on les comprend) investir autant dans un jouet pour adulte, sachez aussi que le groupe Wow Tech à qui appartient Womanizer propose aussi des stimulateurs sans contact ROMP, dotés d’une technologie similaire, et à des prix beaucoup plus abordables. De plus, avec la sortie des Premium 2, Classic 2 et Scarlet 3, les prix des générations précédentes risquent de drastiquement chuter dans les semaines à venir. De quoi vous équiper à moindres frais.

Acheter le Womanizer Premium 2

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)