Introduction

Le Xiaomi Poco F3 est proposé à un prix contenu alors qu’il embarque un Snapdragon 870 très puissant. Son objectif : proposer de grosses performances sans vous ruiner. Nous avons testé le smartphone pour savoir s’il était à la hauteur de ses promesses.

Xiaomi Poco F3

Le Xiaomi Poco F3 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

En présentant le Poco F3, Xiaomi s’est plu à parler d’une « bête » pour mettre en avant la puissance que peut déployer son téléphone. Ça tombe bien, la gamme Poco est justement tournée vers les hautes performances pour des tarifs attractifs.

Et nous avons justement testé cette bête.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Fiche technique du Poco F3

Ce test a été réalisé avec un Poco F3 prêté par Xiaomi.

Modèle Xiaomi Poco F3
Version de l’OS Android 11
Interface constructeur MIUI
Taille d’écran 6.67 pouces
Définition 2400 x 1080 pixels
Densité de pixels 395 ppp
Technologie Super AMOLED
SoC Snapdragon 870
Puce Graphique (GPU) Adreno 650
Mémoire vive (RAM) 6 Go, 8 Go, 12 Go
Mémoire interne (flash) 128 Go, 256 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 Mpx

Capteur 2 : 8 Mpx

Capteur 3 : 5 Mpx

Appareil photo (frontal) 20 Mpx
Enregistrement vidéo 4K@30 IPS
Wi-Fi Wi-Fi 6 (ax)
Bluetooth 5.1
5G Oui
NFC Oui
Capteur d’empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 4520 mAh
Dimensions 76.4 x 163.7 x 7.8mm
Poids 196 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Bleu
Prix 329 €
Fiche produit

Ô miroir !

« Mince et léger ». C’est en ces termes que Xiaomi décrit le design du Poco F3 pour mettre en valeur son épaisseur contenue à 7,8 mm et son poids de 196 grammes. En voyant cela sur la balance, le mot « léger » n’est peut-être pas celui qui vient tout de suite à l’esprit. Ce qu’il faut surtout retenir, c’est que la barre des 200 grammes n’est pas dépassée malgré une hauteur conséquente mesurée à 163,7 mm.

Face avant du Xiaomi Poco F3

La face avant du Xiaomi Poco F3 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

En d’autres termes, le Poco F3 est un smartphone qui en impose, mais sans trop en faire. Il faudra simplement, et comme souvent, préciser qu’un tel gabarit ne conviendra peut-être pas aux plus petites mains. Pour le reste, le smartphone profite d’un design bien soigné et assez sobre.

En effet, ce Poco F3 n’essaie pas d’attirer l’attention sur lui plus que de raison. Il s’autorise quand même à se doter d’un dos en verre très réfléchissant au point qu’il peut servir de miroir d’appoint.

Le Xiaomi Poco F3 a un dos très réfléchissant

Le Xiaomi Poco F3 peut servir de miroir // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Cependant, miroir ô mon beau miroir, dis-moi pourquoi attrapes-tu autant les traces de doigts ? Comment puis-je admirer mon sémillant reflet ? Blague à part, le téléphone se salit en effet assez vite, mais ce commentaire ne concernera que les téméraires qui ne mettent pas de coques protectrices.

On retiendra que le triple module photo arrière se loge dans le coin supérieur gauche et s’éloigne de l’esthétique à laquelle nous étions habitués sur la gamme Poco. Le bloc ici fait plus penser à celui d’un Mi 11 avec un rectangle aux angles arrondis et surmonté d’un plus petit bloc oblong. Cela crée d’ailleurs une protubérance qui rend le smartphone un peu bancal quand il est posé à plat sur un bureau.

Le dos du Xiaomi Poco F3 attrape vite les traces de doigts

Le dos du Xiaomi Poco F3 attrape vite les traces de doigts // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Sur la face avant, l’écran se fait assez imposant, mais reste encadré par des bordures noires visibles sans être trop épaisses non plus. Le poinçon, bien centré, est discret. Pour le reste, le Poco F3 se dote de deux haut-parleurs stéréo, un sur la tranche supérieure, l’autre en bas. Il profite aussi d’un lecteur d’empreintes sur le côté droit qui fait aussi office de bouton de déverrouillage.

Vous pouvez évidemment compter sur un port USB-C, mais pas sur une prise jack. Attention : le Poco F3 n’est pas certifié étanche.

Le Xiaomi Poco F3 vu de dos

Le Xiaomi Poco F3 vu de dos // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Cela ne l’empêche pas de fournir une prise en main confortable, notamment grâce à ses angles bien travaillés qui se logent agréablement dans le creux de la paume.

Un écran 120 Hz bien calibré

Full HD+, AMOLED, mode 120 Hz (pas par défaut) et taux d’échantillonnage à 360 Hz pour une bonne réactivité tactile. L’écran de 6,67 pouces du Poco F3 se dote de caractéristiques très solides pour offrir une belle et fluide expérience visuelle à l’utilisateur. Sans être d’une incroyable qualité, cette dalle se montre très satisfaisante sur plusieurs aspects.

Déjà, le contraste est parfait grâce à l’OLED et ses pixels noirs éteints. Ensuite, la luminosité maximale monte jusqu’à 590 cd/m². Concrètement, cela veut dire que dans un environnement particulièrement lumineux, vous aurez peut-être quelques difficultés à bien distinguer ce qui s’affiche sur l’écran, mais dans la très grande majorité des situations, ce sera bien suffisant. Dommage que le capteur de luminosité ambiante soit parfois un peu lent à la détente.

L'écran du Xiaomi Poco F3

Le Xiaomi Poco F3 a un écran 120 Hz // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Le Poco F3 a aussi l’avantage d’offrir une belle palette de couleurs. Notre sonde et le logiciel CalMan de Portrait Displays nous permettent de voir que la dalle du smartphone, réglée pour l’exercice sur le mode saturé, couvre aisément le sRGB, à hauteur de 195 %. L’espace colorimétrique DCI-P3, plus vaste et compliqué à gérer, n’est pas en reste et est couvert à 130 %. Bref, vous profiterez d’une belle variété des tons.

Toujours dans le mode saturé, on observe par ailleurs un Delta E moyen sur le DCI-P3 plutôt flatteur mesuré à 3,98. Nous fixons l’idéal aux alentours de 3 pour des couleurs fidèles à la réalité. En cela, le Poco F3 se montre efficace.

Test de l'écran du Xiaomi Poco F3

Le Poco F3 affiche un Delta E de 3,98 sur le DCI-P3 en mode saturé // Source : Frandroid

Hélas, le mode saturé voit sa température monter à 7380 K, quand on aimerait voir cette dernière plus proche des 6500 K pour un meilleur équilibre entre les tons chauds et froids. Le mode baptisé « couleur originale » permet de descendre à 6500 K presque tout pile.

Ce n’est cependant pas vraiment l’option que nous vous recommandons. En effet, le mode auto proposé par défaut par Xiaomi fait un très bon travail en adaptant la colorimétrie de l’écran à la luminosité ambiante. Sauf si vous êtes du genre tatillon, vous serez pleinement satisfait de cette option.

MIUI 12 avec un design à la Poco

Le Poco F3 jouit d’une interface MIUI 12 basée sur Android 11 et profitant de la dernière mise à jour de sécurité disponible au moment où nous publions ce test. Ça commence donc bien. Au-delà de ça, nous avons déjà eu l’occasion de décrire l’expérience logicielle maison de Xiaomi à maintes reprises ces derniers temps et les mêmes commentaires peuvent donc être émis ici.

MIUI 12 est toujours aussi riche en personnalisation et tente de se démarquer franchement de l’expérience Android pensée par Google. Une fonction illustre cela parfaitement : le centre de contrôle. Dans les paramètres du Poco F3, vous pourrez en effet activer cette option qui change la manière dont les paramètres rapides s’affichent.

En faisant glisser le doigt vers le bas sur la moitié droite de l’écran, vous ferez apparaître le fameux centre de contrôle qui regroupe les raccourcis aux menus du Wi-Fi, du Bluetooth, des données mobiles, de la luminosité, etc. Les notifications se déploient dans un panneau indépendant en faisant glisser le doigt sur la moitié gauche de l’écran. Cette organisation est très inspirée d’iOS et elle ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais il est important de préciser que cela reste une option. L’utilisateur est libre de choisir ce qu’il veut.

Dans la partie « À propos de l’appareil », on peut lire que nous avons affaire à une « version de MIUI (pour Poco) ». La précision entre parenthèses prévient ainsi que certains éléments ne sont pas identiques à l’interface des smartphones Mi de Xiaomi, mais les différences sont essentiellement esthétiques : les icônes d’application ont un design propre à la gamme Poco.

Dans l’ensemble, malgré un petit temps d’adaptation pour les néophytes, chacun devrait y trouver son compte sur MIUI 12. Dommage que la copie est un peu gâchée par l’antivirus encore et toujours présent qui se lance automatiquement dès que vous téléchargez une application et qui est toujours aussi agaçant. Cette fois-ci, je n’ai pas vu de publicité s’afficher, mais l’espace dédié aux réclames est toujours bien présent. Ces annonces commerciales ne sont donc sans doute pas loin. Pensez à désactiver cet antivirus pour ne plus qu’il vous embête inutilement de la sorte.

Sur un point plus positif, le Poco F3 n’a aucun mal à lire les contenus SVoD en qualité HD. Il profite en effet du DRM Widevine au niveau de sécurité L1.

Des haut-parleurs très plaisants

Le Poco F3 profite de deux haut-parleurs stéréo certifiés Dolby Atmos. Non seulement, ils offrent une très agréable spatialisation du son pour une immersion vraiment chouette dans les films et les jeux vidéo, mais ils se montrent aussi bien puissants et plutôt clairs. N’espérez pas mettre le feu musicalement à vos soirées avec ce smartphone, mais Xiaomi ne se contente pas de faire le minimum. Le constructeur a vraiment soigné la qualité audio ici.

Le téléphone ne tombe que rarement dans l’effet saturé, mais manque un peu de jus sur les basses. Attention, rappelez-vous qu’il n’y a pas de prise jack sur ce Poco F3.

Photo : service minimum

Côté photo, le Poco F3 évite (un petit peu) la surenchère de capteurs au dos et s’en contente de trois. Il faut dire que pour éviter de faire gonfler le prix tout en proposant une grosse puissance, il fallait forcément sacrifier la partie photo.

Module photo du Xiaomi Poco F3

Le triple module photo arrière du Xiaomi Poco F3 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Bref, voici la configuration à laquelle nous sommes confrontées :

  • capteur principal de 48 mégapixels (f/1,79) ;
  • ultra grand-angle de 8 mégapixels (f/2,2) ;
  • capteur avec objectif macro de 2 mégapixels (f/2,4).

Vous pouvez le voir, même avec « seulement » trois capteurs, le Poco F3 prend la peine d’avoir un capteur dédié aux prises de vue macro. À ce stade de l’article, il y a des raisons d’être sceptique, mais nous aurons le loisir d’y revenir plus bas.

Commençons par le capteur principal. De jour, celui-ci propose des photos plutôt correctes. Le niveau des détails est bon tandis que la gestion de la dynamique peut rencontrer quelques difficultés sur les scènes contrastées. Globalement, c’est efficace, mais on sent que le Poco F3 n’affectionne pas particulièrement l’exercice. Quant aux couleurs, elles saturent légèrement pour mieux ressortir, mais sans excès.

Sur les photos de nuit, le Poco F3 se montre un peu laborieux. Certaines zones sont vraiment bouchées, le flou n’est jamais très loin et la colorimétrie peut faire des siennes selon les situations. Dans l’ensemble, les images ne sont pas forcément à jeter, mais elles manquent de mordant et de piqué.

Vous avez un mode nuit à disposition qui n’est pas mauvais puisqu’il permet d’éclairer un peu mieux la scène afin de déboucher certaines zones très obscures (sans non plus faire des prouesses) et améliore même la netteté dans quelques endroits de la scène.

Il y a un mode 48 mégapixels disponible sur le Xiaomi Poco F3. Cette option permet d’améliorer légèrement la netteté par rapport aux prises de vue classiques. En regardant de plus près, on se rend surtout compte qu’elle se débarrasse des micro-contrastes artificiellement renforcés.

La finesse des détails n’en est que plus appréciable. À cela s’ajoute un traitement des couleurs un peu plus naturel… que d’aucuns qualifieront peut-être aussi de délavé.

L’ultra grand-angle du Poco F3 n’est pas incroyable. Les détails sont moins précis dans les zones périphériques de l’image et les couleurs manquent de cohérence avec le capteur principal. La saturation est notamment un peu plus (un peu trop ?) poussée. En faible luminosité, les clichés sont trop flous, trop bouchés, pour être appréciés.

Vous trouverez un mode portrait, qui sait mettre en avant la personne photographiée, mais manque de précision dans son détourage de la silhouette. La délimitation entre votre modèle et l’arrière-plan est en effet un peu trop basique, survolé. Sur les cheveux notamment, on sent que le Poco F3 ne cherche pas à être le plus méticuleux. Le résultat est cependant bien plus convaincant en extérieur avec une lumière naturelle.

Le mode macro n’est pas mauvais à proprement parler, mais il n’a rien de bien exceptionnel. La question reste toujours la même : pourquoi avoir pris la peine d’intégrer un capteur dédié à cette prise de vue alors qu’il n’apporte pas grand-chose ?

À l’avant, le capteur frontal de 20 mégapixels produit des images bien détaillées au niveau du visage. Vos sourires enjôleurs et vos airs espiègles ne perdront rien de leur superbe à ce niveau-là. Toutefois, en fonction des conditions lumineuses, la couleur de la peau peut prendre une teinte étrangement orangée. La surexposition est aussi de mise en arrière-plan si vous êtes en contre-jour.

Concernant les vidéos, le Poco F3 sait filmer en 4K à 30 FPS ou en jusqu’à 60 images par seconde en 1080p.

Une débauche de puissance malgré le petit prix

Les performances sont le nerf de la guerre pour la gamme Poco de Xiaomi et ce modèle F3 n’y échappe pas. Avec un Snapdragon 870 à son bord — une puce réservée au haut de gamme normalement –, le téléphone est bien décidé à montrer qu’il sait rouler des mécaniques mieux que n’importe quel autre modèle à moins de 400 euros.

Le tout est accompagné de 6 ou 8 Go de RAM LPDDR5 en fonction de la version choisie et d’un stockage variant de 128 à 256 Go (non extensible). Une belle présentation sur le papier, mais à quoi avons-nous droit dans les faits ?

Fortnite sur le Xiaomi Poco F3

Fortnite sur le Xiaomi Poco F3 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Pour le dire très brièvement : le Poco F3 est toujours quasi excellent pour les jeux vidéo. Fortnite par exemple tourne en 30 FPS — classique — avec une qualité des graphismes réglée par défaut sur Épique, le niveau le plus élevé.

Pendant mes parties, en poussant la résolution 3D à 100 %, j’ai remarqué quelques ralentissements seulement au moment de sauter du bus. Pendant tout le reste des sessions, le jeu tournait très fluidement, avec des mini chutes à 27 ou 28 FPS, mais jamais plus bas. C’est une très belle performance pour un smartphone à 400 euros et moins. Et cela m’a permis de faire un joli Top 1 sans sourciller.

Top 1 sur Fortnite avec le Xiaomi Poco F3

Un Top 1 tout en sérénité sur Fortnite avec le Xiaomi Poco F3 // Source : Frandroid

Le constat est très similaire sur Call of Duty Mobile. Le jeu tourne parfaitement, sans bug ou dysfonctionnement notable malgré des graphismes réglés sur l’option « très élevé » et une fréquence d’images par seconde poussée au max.

Réglages graphiques de Call of Duty Mobile sur le Xiaomi Poco F3

Sur le Xiaomi Poco F3, vous pouvez pousser tous les réglages graphiques de COD à fond

Pour vérifier mes dires, vous pouvez aussi regarder les benchmarks ci-dessous.

Le Xiaomi Poco F3 se montre très clairement plus puissant, et de loin, que les autres smartphones à moins de 400 euros comme le Samsung Galaxy A52 5G. C’est une bête.

Une autonomie confortable

Xiaomi aime les smartphones dotés de grosses batteries. À cet égard, la capacité de 4520 mAh dont profite le Poco F3 paraîtrait presque modeste. Ne vous y méprenez pas : l’appareil fait preuve d’une belle endurance. Certes, il est moins impressionnant que plusieurs modèles Redmi très souvent excellents dans cet exercice, mais il ne démérite pas.

Le Poco F3 ne se contente pas de vous offrir une belle expérience de jeu, il veut aussi que celle-ci ne soit pas minée par des sessions trop courtes, limitées par des cycles de batterie trop justes. Dans l’ensemble, vous pourrez donc exploiter le smartphone sur plusieurs tâches gourmandes d’affilée sans trop vous faire de souci. Les deux jours d’utilisation sont tout à fait envisageables avec un tout petit peu de modération.

Port USB-C du Xiaomi Poco F3

Le port USB-C du Xiaomi Poco F3 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

À titre d’exemple, le Poco F3 a tenu pendant 14 heures et 43 minutes lors de notre protocole de test personnalisé ViSer avec l’écran réglé à 120 Hz. On est assez loin des cadors de l’endurance, mais c’est un très bon score qui prouve bien que ce smartphone est fiable et fait parfaitement honneur à l’ADN de Xiaomi. Autre exemple : sur Fortnite, avec les graphismes poussés à fond, la batterie se vide d’environ 6 % en 20 minutes. C’est franchement rassurant sur un tel jeu.

Notez aussi que le Poco F3 est livré avec un chargeur de 33 W assez efficace qui permet de passer de 1 à 53 % de batterie en 30 minutes. Laisser le téléphone branché une demi-heure de plus permet d’atteindre les 85 %.

La 5G est bien là

Le Poco F3 marche sans problème avec toutes les bandes de fréquence 4G française et je n’ai personnellement rencontré aucune difficulté en région parisienne avec une SIM Orange. Or, la 5G est aussi de mise, même sur la bande des 3,5 GHz (n78) qui exploite des infrastructures spécialement dédiées à ce réseau.

Il ne vous reste plus qu’à trouver le meilleur forfait 5G.

Les boutons latéraux du Xiaomi Poco F3

Les boutons latéraux du Xiaomi Poco F3 // Source : Anthony Wonner – Frandroid

Lors des appels, votre interlocuteur percevra toujours très bien votre voix, avec très peu de compression. Cependant, s’il y a beaucoup de bruit autour de vous, les nuisances sonores ne seront pas parfaitement étouffées. La personne à l’autre bout du fil vous entendra toujours très bien, mais elle saura lorsque vous êtes sur le bord de la route.

Notez aussi que le Poco F3 peut accueillir deux nano SIM, mais n’est pas compatible avec une carte microSD pour augmenter la capacité de stockage. Enfin, il n’y a pas de commentaire particulier à faire sur la précision de la gélocalisation.

Prix et disponibilité du Poco F3

Vous trouverez le Poco F3 en France en trois coloris : noir, bleu et blanc et en deux déclinaisons tarifaires en fonction de la configuration choisie. Comptez donc 349 euros pour la version de 6 Go de RAM et 128 Go de stockage, contre 399 euros pour celle de 8/256 Go.

Vous pouvez acheter le Poco F3 sur le site de la marque Po.co ainsi que sur Amazon.

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)