En déployant une flotte de satellites dans l’espace, la start-up américaine Muon Space veut analyser l’atmosphère, mais surtout identifier les plus gros pollueurs de la planète.

Surveiller la pollution terrestre depuis l’espace, et repérer les entreprises les plus énergivores de la planète. Depuis sa mise sur le marché il y a quelques mois, la start-up américaine Muon Space a un projet ambitieux. D’ici deux ans, elle prévoit de lancer une flotte de satellites “conçus pour analyser l’atmosphère, la terre et l’eau de la Terre dans les moindres détails”. Objectif : identifier les zones les plus touchées par le réchauffement climatique, mais aussi vérifier l’impact énergétique des grandes entreprises.

Mieux informer sur le réchauffement climatique

Derrière l’entreprise Muon Space, ses deux créateurs Paul Day et Jonny Dyer ambitionnent bientôt de “révolutionner la mesure, la caractérisation et la prédiction des systèmes terrestres afin de nourrir l’action climatique”. Le pari est ambitieux, mais il s’impose comme une nécessité, à l’heure où la planète est en proie à un dérèglement climatique exponentiel et persistant. Depuis des années déjà, les scientifiques de la planète s’échinent à exploiter les possibilités offertes par les nouvelles technologies pour améliorer nos conditions de vie sur le long terme.

Un partenariat avec Google

En combinant à la fois la mesure physique des activités humaines, l’identification des acteurs les plus polluants, mais aussi la prise en compte d’algorithmes prédictionnels, la start-up adopte ainsi un positionnement “inédit”, rapporte le magazine économique Bloomberg. Pour l’épauler dans ce projet, Muon Space pourra non seulement compter sur ses propres mesures, mais aussi sur le soutien du géant Google, et de l’entreprise météorologique Tomorrow.io. “Des décennies de données satellitaires publiques” seront également mises à disposition des chercheurs. De quoi anticiper les prochaines vagues de réchauffement climatique, et mieux informer les pouvoirs publics sur le sujet, espèrent les cofondateurs de la firme.

La police du greenwashing

Autre ambition de Muon Space : surveiller les entreprises les plus polluantes. Depuis déjà quelques années, les géants de l’industrie sont nombreux à promettre la neutralité carbone. Dans les faits, les choses sont en fait assez complexes à vérifier. Pour faciliter le travail des régulateurs, mais aussi pour s’assurer de la bonne foi des grands groupes dans leur engagement écologique, Muon Space pourrait ainsi utiliser son armée de satellites pour identifier précisément les plus gros pollueurs terrestres. Le dispositif pourrait aussi être utilisé par les entreprises elles-mêmes, qui seraient alors en mesure de vérifier le succès de leurs objectifs environnementaux. L’idée n’est pas nouvelle, puisqu’on rappelle que Microsoft, fort de son projet de neutralité carbone d’ici 2030, cherche déjà à envoyer des satellites en orbite pour vérifier que ses investissements portent leurs fruits.

Trop de monde dans l’espace ?

Autrefois réservé à une poignée d’organisations étatiques, l’espace intéresse aujourd’hui de plus en plus d’investisseurs. Sans même évoquer Elon Musk et Jeff Bezos, qui ont fait du vide spatial leur terrain de jeu, la prolifération des satellites privés dans l’espace cause déjà certains problèmes. On se rappelle en début d’année, lorsque les satellites de SpaceX obligeaient l’ESA à détourner l’un de ses appareils pour éviter la collision.

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)