• Accueil
  • Société
  • Violences policières : Macron promet une plateforme pour signaler les discriminations

Une plateforme de signalement des discriminations doit être lancée début 2021. C’est l’une des annonces d’Emmanuel Macron dans le cadre d’un entretien au sujet des violences policières.

Une plateforme de signalement et un numéro vert. Voilà ce que propose entre autres Emmanuel Macron pour traiter le problème des violences policières. Le président de la République en a fait l’annonce ce 4 décembre, dans le cadre d’un entretien accordé au média Brut, quelques jours après le long tabassage d’un producteur de musique noir, Michel Zecler, par plusieurs agents de police.

DIRECT – Le président de la République Emmanuel Macron répond à Brut #BrutMacron https://t.co/dn1gFqPkXG

— Brut FR (@brutofficiel) December 4, 2020

Il ne s’agira pas de l’unique levier qui sera actionné pour combattre ces phénomènes. Le chef de l’État a aussi évoqué une formation spécifique destinée aux forces de l’ordre, en particulier pour les fonctionnaires qui seront amenés à piloter cette plateforme, ainsi qu’une formation ciblant les juges, de manière à ce qu’ils puissent intervenir plus vite sur ces enjeux sociétaux.

Signaler les cas de discrimination

Les contours de cette plateforme et de ce numéro d’appel sont encore flous. Emmanuel Macron a indiqué qu’il serait a priori possible de signaler à travers ces canaux des faits de discrimination, comme des contrôles basés sur le faciès des individus ou des difficultés à trouver un emploi. La plateforme sera pilotée par l’État, la Défenseure des droits et des associations spécialisées sur ces thèmes.

« Le seul moyen de bouger, c’est de mettre en place une plateforme commune pour que les gens puissent dénoncer ces faits de manière très simple, unique et nationale », a fait valoir le chef de l’État. La plateforme devrait ouvrir ses portes courant janvier 2021, associée à un vaste sondage au niveau national. Par ailleurs, cette plateforme permettra aussi de suivre un dossier en cas de plainte.

police-nationale
Les forces de l’ordre sont pointées du doigt depuis plusieurs années pour ne pas en faire assez contre les discriminations et les violences. // Source : Numerama

Cette piste contre les discriminations et les violences policières s’inspire « de ce qu’on a su développer sur les violences faites aux femmes », selon Emmanuel Macron. Depuis 2018, un site existe pour le signalement de faits de violences sexuelles ou sexistes et les retours sont positifs. Et le chef de l’État de finir : « Ça va prendre du temps comme pour tous les changements sociaux mais on peut rétablir la confiance. »

L’attente est grande sur ces problématiques. La réponse des pouvoirs publics ne pourra pas se contenter de constituer uniquement des plateformes d’écoute, en témoigne la multiplication des numéros verts et des plateformes de signalement, pour gérer les conséquences d’actes malveillants. L’État est aussi attendu sur les causes, à savoir la façon dont les forces de l’ordre interviennent sur le terrain.

Le gouvernement n’a pas d’idée mais des numéros verts

Voici de quoi vous aider pour savoir qui appeler, tout problème à sa s̶o̶l̶u̶t̶i̶o̶n̶ hotline. pic.twitter.com/gFOyxdp4z0

— Vélivreur.e.s (@Velivreur_e_s) September 24, 2020

La rédaction vous recommande

Read More

0 CommentsClose Comments

laissez un commentaire

Abonnez-vous à la newsletter

Obtenez les derniers messages et articles dans votre e-mail

 

Nous nous engageons à ne pas envoyer de spam :)